• Pourquoi m'être engagée dans cette voie professionnelle ?

    Le deuil périnatal est entré dans ma vie par la grande porte: ma fille est décédée in utero. Puis, j’ai à nouveau fait une fausse couche. J’ai vécu, moi aussi, cette dévastation. Et pendant la traversée qui m’a menée de ma tristesse jusqu’à la sérénité, j’ai bénéficié de l’accompagnement précieux d’une professionnelle spécialisée en deuil périnatal. Cette aide m’a été inestimable…

    Alors que j’allais mieux, j’ai eu envie de contribuer, moi aussi, à accompagner d’autres parents. Puis, du désir de redonner à l’autre, mon implication en deuil périnatal est devenue un projet professionnel. J’ai alors entrepris de me former pour me doter d’outils me permettant de véritablement accompagner l’humain qui traverse une étape si importante de sa vie. De construire une méthode d’intervention qui permet de sortir de son deuil par soi-même et de transformer une tragédie en tremplin.

    Quelques années après, un peu comme une graduation, celle qui m’avait accompagnée lors de mon propre deuil me témoignait qu’elle parlait dorénavant avec une consœur…

    Là où les gens ne voient qu’une situation triste et sans issue, moi je vois des femmes et des hommes admirables, qui découvrent en eux une extraordinaire résilience, après une si longue route. Et je vois la vie de tous ces bébés, que notre société considère comme une statistique, plutôt comme étant si grande, mise en lumière par la renaissance magnifique de leurs parents…

    Il y a quelque chose de sacré à se relever d’une telle épreuve. La suite de la vie n’est plus la même, qu’on fasse ou non son deuil; soit on conserve une tristesse et une amertume, soit nos valeurs fondamentales changent en découvrant toute cette résilience en soi, et l’on accède ainsi à tout un volet de nous-même qui nous était inconnu jusqu’alors.

    Au cours des dernières années, j’ai accompagné des parents. Beaucoup de parents. Avec chacun d’eux, j’ai fait des découvertes. Ensemble, nous avons expérimenté des idées, inventé des modèles qui fonctionnaient pour eux, créé des solutions. Thaïs a fait de même. Et aujourd’hui, par le biais des services que nous élaborons, nous transmettons ces découvertes à ceux dont le deuil périnatal fait partie de la route. Car oui, le bonheur est à nouveau possible et chaque enfant, loin d’être oublié, fait partie de ce que chacun de ses parents devient!

  • À propos de mon parcours

    • Animation d’un groupe de soutien (groupe de parole) au sein de l’Hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil, au Québec ;
    • Coach professionnelle certifiée en PNL ;
    • Praticienne certifiée en préparation affective à la naissance (issue de l’haptonomie) ;
    • Formations complémentaires en kinésiologie ;
    • Accompagnement individuel, depuis 2014, de parents ayant vécu le deuil périnatal et/ou de parents vivant une grossesse après